Maman est en haut -
  • feuilleter
  • Roman
  • Littérature française
  • Date de parution : 03/10/2016
  • Format : 11,5 x 19,0 cm, 256 p., 15,00 EUR €
  • ISBN 978-2-283-03004-2
Maman est en haut
Caroline Sers

Cerise, la quarantaine bien entamée, vit seule avec ses deux enfants, supporte sa mère, a des élans hypocondriaques, se demande si elle ne devrait pas changer de boulot et, dans les moments extrêmes, ouvre une bouteille de blanc pour réfléchir.

 

Un matin, lors du traditionnel appel téléphonique agressif de sa mère, elle perd le fil de la conversation et n’écoute plus. Pourtant quand Marie lui assène « J’ai eu raison, n’est-ce pas ? », prise de court, elle acquiesce. Le soir même, c’est la gendarmerie qui la contacte : sa mère est en garde-à-vue, mais ils refusent d’en dire plus. Qu’a-t-elle bien pu faire, encore ?

 

Pendant les quelques semaines qu’il lui faudra pour comprendre, Cerise traverse d’autres turbulences : retour de son ex-mari avec une bien curieuse proposition, changement de direction et débarquement de « jeunes » dans l’entreprise où elle travaille.

 

Maman est en haut : dans le nord ; perchée depuis des années ; en haut de l’arbre généalogique. Une position idéale pour lâcher quelques bombes...

 

Question : « Où est-on mieux qu’au sein de sa famille ? » Réponse : « Partout ailleurs ! »

ils en parlent…
  • « Caroline Sers a le talent d’ausculter les relations familiales, de pénétrer l’intime et de nous livrer de jolis romans. »

    Françoise Feuillet. Avantages.

     

    « Cette comédie touchante rappellera à ceux qui en doutaient que si la famille peut être source de consolation, elle est aussi un fardeau ! »

    Valérie Robert. Version Femina.

     

    « Un récit mordant. »

    Christine Ferniot. Lire.

     

    « Pas d’effet de manches dans l’écriture claire de Caroline Sers qui joue avec une fausse légèreté sur les variations classiques du psychodrame familial tout en ménageant des surprises originales (mention spéciale à l’ex-mari), mais un sens du suspense et une grande justesse de ton. »

    Véronique Rossignol. Livres Hebdo.

     

    « Une histoire piquante, attachante et drôle. »

    Sophie Vigroux. La Dépêche.

     

    « En observatrice fine des rapports humains, d’une plume bienveillante et légère, Caroline Sers plante des personnages sensibles dans un décor familier. »

    Blandine Hutin-Mercier. La Montagne.

     

    « Ce récit, au style clair et sans fioritures, réserve de bien belles surprises. Sous des airs de psychodrame familial, il est à l’image de notre temps. »

    Sophie Vuillemard, Librairie Les cocottes rousses (Saint-Symphorien-d’Ozon). Page des Libraires.

À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur